Grasse la capitale mondiale du parfum

Grasse la capitale mondiale du parfum. Elle est le fief des plus grands nez internationaux. Il faut dire que les fleurs du Pays Grassois sont exceptionnelles. Rose Centifolia, Fleur d’Oranger, Jasmin, Tubéreuse, Violette, Iris, Géranium Rosat, Mimosa, Lys ; ces plantes font aussi bien le bonheur des parfumeurs que des amateurs de parfums. Grasse, qui autrefois était le berceau des tanneurs, est passée en quelques siècles, reine universelle de la parfumerie. Du cuir au flacon : histoire du fabuleux destin de la ville emblématique de la Côte d’Azur.

La Renaissance : période des artistes par excellence      

La Renaissance fut l’ère des artistes par excellence. À cette époque avec ses peintres, ses sculpteurs et ses poètes, la France s’émancipe et rêve de renouveau. Grasse qui était jusque-là connue pour ses tanneries et sa maroquinerie, va connaître un nouveau destin avec la parfumerie.

De la tannerie à la parfumerie

Vous vous demandez sûrement quel lien peut-il y avoir entre le cuir et le parfum… Et bien sachez tout d’abord que le cuir est une note très utilisée en parfumerie. La ville de Grasse était connue pour ses gantiers, lesquels passaient leur temps à tanner le cuir. Les effluves désagréables des peaux vont pousser les tanneurs à embaumer les gants de parfums. Distillation, enfleurage, extraction, les travailleurs du cuir deviennent très vite des parfumeurs aguerris, attirant de nombreuses personnes venant apprendre auprès d’eux les rouages de la parfumerie. Mais pas seulement. Grasse est aussi gracieuse, et ses paysages à couper le souffle ne laissent personne indifférent.

Le parfum : une aubaine pour la cour de Versailles

Au XVIème siècle, la cour de Versailles peine à venir à bout des odeurs désagréables . Onguents, lotions, ou encore poudres parfumées, tous les moyens sont bons pour camoufler ces relents. Les tanneurs qui fabriquent leurs parfums de manière exclusive pour embaumer leurs gants, vont devoir répondre à une demande grandissante de toute la France. C’est d’ailleurs à Catherine de Médicis que l’on doit la démocratisation des gants parfumés dans l’Hexagone.

Grasse la capitale mondiale du parfum 

On ne peut parler le monde de la parfumerie sans faire référence à Grasse. Ce petit village des Alpes Maritimes fut pendant des siècles l’endroit rêvé des nez. Cette petite ville de la Côte d’Azur a connu un formidable essor durant les XVIIIème et les XIXème siècles. Elle a ensuite perdu de sa gloire sans doute avec la mondialisation. Les matières premières n’étaient plus l’exclusivité d’un continent, d’une contrée, d’une ville … 

Grasse et ses tapis de fleurs

Ce qui est rare est précieux… Le bassin Grassois ce sont des professionnels, des experts, des cultivateurs, des parfumeurs, qui ont en commun cet amour inconditionnel de l’authentique. Même si les échanges commerciaux à travers le globe ont permis d’étoffer la palette du parfumeur, les matières premières de la parfumerie made in Grasse demeurent toujours les joyaux des grandes maisons de parfum. On pense à la rose Centifolia, mais également au Mimosa ou encore au Jasmin. Ce qui est rare est précieux …Et ces fleurs-ci on ne s’en défait pas si facilement.

Le terroir Grassois : gage d’un parfum réussi

Le terroir Grassois a cette singularité d’offrir des fleurs avec des odeurs particulières ; bien à elles. Les nez le savent. Un parfum à la rose de Grasse et un autre travaillé avec une rose d’un autre endroit, n’ont pas la même valeur olfactive. Tout y fait :  le climat, l’endroit, l’attention que la fleur reçoit…

 

 

Si l’activité de Grasse a quelque peu était mise en sourdine ces dernières décennies, elle renaît peu à peu de ses cendres. Elle a repris la place qui lui sied et attire de nouveau les grandes maisons de parfumerie. Une renaissance qui plaît aussi bien aux parfumeurs qu’aux Grassois.

Laisser un commentaire